Conséquences psychologiques et physiques

Les manifestions les plus courantes sont : insomnies, modifications du poids, migraines, nausées, fatigue, problèmes sexuels, tentatives de suicide…
La plupart des femmes souffrent de dépression. Elles développent des sentiments d’angoisse, de méfiance, de perte de confiance et d’agressivité envers les autres. Cette violence au travail peut aussi raviver des violences antérieures.

Conséquences sur le plan du travail et sur le plan financier

Les violences sexuelles sur le lieu de travail sont une menace sur l’emploi et la carrière, lesquels sont compromis pour plusieurs raisons : refus d’embauche, détérioration des conditions de travail, notation bloquée, mutation, refus de promotion, « mise au placard », déqualification, licenciement etc. Parmi les victimes reçues à l’AVFT, 95 % d’entre elles ont perdu leur emploi, par licenciement ou démission.

Conséquences sur le plan familial

Beaucoup de femmes nous font part des multiples difficultés qu’elles rencontrent avec leur mari/compagnon. L’AVFT peut les recevoir individuellement afin de leur expliquer les mécanismes de la violence masculine et répondre à leurs questions (Ma femme est-elle responsable ? Pourquoi elle ? Pourquoi ne m’en a-t-elle pas parlé ? Pourquoi ne veut-elle plus avoir de relations sexuelles ? …).
Lorsqu’elles ont des enfants, elles culpabilisent de ne plus être disponibles pour eux, de pleurer devant eux, de ne plus être attachées à la vie…