Accueil téléphonique : 01 45 84 24 24
Horaires : lundi : 14h à 17h - mardi et vendredi : 9h30 à 12h30|contact@avft.org

Pour la région Ile-de-France, les violences faites aux femmes autres que « conjugales » n’existent pas. Lettre à Jean-Paul Huchon, président de la région.

2017-05-30T17:53:03+02:0013 mai 2014||

Monsieur Jean-Paul Huchon
Président
Région Ile-de-France
33, rue Barbet-de-Jouy
75007 Paris

Paris, le 13 mai 2014

Monsieur le président,

Je me suis rendue ce jour à une réunion du Centre Hubertine Auclert, organisme associé à la région Ile-de-France qui abrite en son sein l’Observatoire Régional des Violences faites aux Femmes, portant sur l’appel à projet de la région sur « la lutte contre les violences faites aux femmes » et plus précisément sur « l’accompagnement des femmes victimes de violences ». Cet appel à projet a été lancé dans le cadre de la « grande cause régionale » 2014.

Ainsi était rédigée l’annonce de la présentation de cet appel à projet sur le site Internet du Centre Hubertine Auclert :

« Prochaine Causerie du Centre Hubertine Auclert :

La Région Ile-de-France lance cette année un nouvel appel à projet sur la lutte contre les violences faites aux femmes. C’est la première fois que la région met en place un dispositif spécifique de financement des projets associatifs sur ce sujet. Cela représente une opportunité de financement pour les associations qui auraient des projets en 2014 ayant pour objectif la prévention, l’accompagnement ou la prise en charge des femmes victimes de violences, quelles qu’elles soient. (violences physiques, psychologiques, sexuelles, dans la sphère privée ou dans la sphère publique…) (C’est nous qui soulignons) ou à destination de publics concernés.

Annie Mendez, en charge de ces questions au Conseil régional, viendra présenter ce nouvel appel à projets ».

Cette présentation est peu ou prou la reprise de celle que l’on peut lire sur le site Internet de la Région(1).

Tout indiquait donc, à première vue, que l’intervention auprès de femmes victimes de violences quelles qu’en soient les formes, les lieux et les circonstances dans lesquelles elles ont été commises, était éligible à cet appel à projet.

J’ai pourtant découvert en cours de présentation au Centre Hubertine Auclert que tel n’était pas le cas, puisque l’appel à projet est circonscrit aux violences dites « conjugales » ou « intrafamiliales ».

Présenter la grande cause de la région Ile-de-France en 2014 comme consacrée à « la lutte contre les violences faites aux femmes » est donc un effet d’annonce et une imposture.

En perpétuant l’équation « violences faites aux femmes = violences conjugales » à l’exclusion de toutes les autres, maintes fois dénoncée par les associations féministes, votre collectivité participe à l’invisibilisation de toutes les violences dont les femmes peuvent être victimes en dehors du cadre conjugal.

La région exclut notamment du bénéfice de sa politique les femmes victimes de violences sexuelles quand elles sont commises dans le cadre des relations sociales de la victime ou en milieu professionnel, en dépit de leur forte prévalence(2).

L’une des conditions d’octroi de fonds régionaux via cet appel d’offre est le caractère novateur des projets présentés.

Nous déplorons pour notre part que la région Ile-de-France n’ait pas elle-même innové en articulant, pour une fois, les différentes formes de violences masculines auxquelles les femmes sont exposées, choix qui aurait été politiquement bien plus légitime.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le président, l’expression de nos salutations distinguées.

Marilyn Baldeck
Déléguée générale

Notes

1. http://www.iledefrance.fr/mieux-accompagner-femmes-victimes-violences

2. Cf. notamment, sur le harcèlement sexuel, l’enquête IFOP/ Défenseur des droits, mars 2014

S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER

E-mail: