Accueil téléphonique : 01 45 84 24 24
Horaires : mardi : 14h à 17h - mercredi et jeudi : 9h30 à 12h30|contact@avft.org

Vous n’auriez pas un contact de victime qui pourrait dire ce qu’il serait bien qu’elle dise ?

2018-03-11T20:22:23+00:0011 mars 2018|, |

Ton de l’échange : tout à fait cordial

La journaliste : Bonjour, je vous appelle parce que je cherche un contact de victime de viol pour qu’elle me dise qu’elle est soulagée des déclarations de Nicole Belloubet, ministre de la justice.

Moi : Excusez-moi mais je ne vois pas de quoi vous voulez parler… j’étais en rendez-vous tout l’après-midi…

La journaliste : La ministre de justice a annoncé la création d’un « tribunal criminel » pour que certaines affaires criminelles, comme en matière de viol, de coups et blessures mortels ou de vol à main armée, les décisions soient rendues plus vite. Et donc je cherche une femme qui témoignerait qu’elle est soulagée et satisfaite.

Moi : Je suis un peu étonnée par votre demande. En fait vous cherchez une victime qui dirait ce que vous avez envie qu’elle dise ?

La journaliste : Non c’est pas ça. Mais si elle attend son procès depuis 10 ans elle est forcément soulagée par cette annonce et je me disais que dans vos contacts, il y avait sûrement des victimes de viol en attente de procès [Certes].

Moi : Donc c’est bien ce que je disais, vous « passez une commande » bien précise : une victime qui va exprimer qu’elle est contente des mesures annoncées.

La journaliste : C’est quand même bien que ça aille plus vite, non ?

Moi : Bien sûr que c’est bien. Mais pour répondre à votre question sur la création du « Tribunal criminel », il y a un certain nombre de points à vérifier… comme par exemple comprendre les raisons de la création de ce tribunal spécial plutôt que de rajouter des sessions de Cours d’assises… quelles sont les véritables différences… Est-ce qu’il n’y a pas des inconvénients par rapport à la Cour d’assises ? Est-ce que par exemple cela signifie qu’il n’y aura pas d’instruction complète du dossier à l’audience, cette oralité si précieuse à la Cour d’assises, pour que ça aille plus vite ? Et puis dans les dossiers de l’AVFT, ce n’est pas le temps entre l’ordonnance de mise en accusation devant la Cour d’assises et le procès qui est le plus long, le problème c’est la durée de l’instruction, qui dure en général des années [j’aurais pu ajouter que dans certains TGI il y a même des dizaines d’instruction totalement au point mort sans aucun moyen de prévoir si et quand elles vont pouvoir démarrer/reprendre]. Alors il faudrait aussi savoir s’il est prévu une augmentation du nombre de juges d’instruction, de greffiers et greffières….Je voudrais d’abord m’assurer de l’effectivité d’une telle mesure avant, éventuellement, de m’en réjouir… ça demande un peu d’examen critique… de faire une petite enquête, quoi.

La journaliste : Oui mais là je cherche une réaction assez immédiate…

Moi : Oui… mais non…

(…)

Si la journaliste me lit, je suis vraiment, vraiment désolée qu’elle travaille pour une télé qui lui impose ça. J’imagine que ce n’est ce dont elle rêvait pendant ses études de journalisme…

MB

PS : Ce texte a été écrit de mémoire, à chaud juste après cette conversation téléphonique, vendredi 9 mars vers 18h00. Il peut y avoir de menues variations de mots, mais l’essentiel y est.

S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER

E-mail: