Accueil téléphonique : 01 45 84 24 24
Horaires : lundi : 14h à 17h - mardi et vendredi : 9h30 à 12h30|contact@avft.org

#ArroseurArrosé 2 : Alice, relaxée de poursuites en diffamation non publique

2019-04-17T09:07:14+00:0016 avril 2019|, |

Alice est comédienne et a été recrutée pour un rôle dans une pièce de théâtre.

Elle finit par quitter la troupe en raison des propos et comportements à connotation sexuelle que lui impose le metteur en scène, N.D.. Elle rencontre ensuite Nacira qui, avec le soutien de l’AVFT, a porté plainte pour viol contre le metteur en scène. Craignant qu’il s’en prenne à d’autres femmes, et n’ayant pu expliquer aux autres comédien.nes les raisons de son départ, Alice écrit un mail qu’elle adresse à toute la troupe, metteur en scène compris :

« A partir de notre fête de fin d’année 2014, j’ai subi de la part de N. un début de harcèlement sexuel dans le cadre du travail que je n’ai pas supporté et refusé : questions intimes et déplacées sur ma vie amoureuse et sexuelle, caresses au plateau lors de notre exercice, baisers dans le cou, rapprochements et proximités physiques, regards, compliments déplacés, consignes et direction au plateau humiliantes à caractère sexuel… (…) Je n’accepte pas que N. use de sa position hiérarchique en tant que metteur en scène et employeur ».

C’est ce mail qui lui vaut la plainte en diffamation du metteur en scène et sa demande qu’elle soit condamnée à lui verser 1€ de dommages-intérêts par l’entremise de son avocate, Me Suzanne Buysson.

Le 22 février 2017, la 17ème chambre du Tribunal correctionnel de Paris a débouté N. de sa requête.

Il constate d’abord que « l’objet du courrier, dont la diffusion a été limitée aux participants du spectacle, représentait un but légitime d’expression, son auteur souhaitant expliquer les raisons de son départ ». Il écarte ensuite toute forme d’animosité personnelle de Céline envers N.D. Il estime qu’ « il ne peut être retenu que le ton soit particulièrement excessif, pour une personne directement concernée par les faits décrits ». Le harcèlement sexuel est rapporté sans « outrance ni agressivité » et Alice a surtout insisté sur « l’attitude ambivalente » du metteur en scène. La fin de son courriel où elle écrit qu’elle n’a pas pour objectif de convaincre les personnes, traduit selon le juge « une certaine précaution par rapport aux éventuelles réactions des destinataires du message » et donc, au total, une « prudence dans l’expression ».

Enfin, le Tribunal retient qu’Alice a toujours été constante dans son récit du harcèlement sexuel, que quatre personnes attestent avoir reçu ses confidences avant la diffusion du mail objet des poursuites.

Il caractérise ainsi la bonne foi en tous ses éléments.

Son avocate, Me Agnès Cittadini, demande et obtient la condamnation du metteur en scène à verser 2000 € à Alice pour couvrir les frais de justice qu’elle a du assumer pour se défendre.

MB

S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER

E-mail: