La prostitution, patrimoine culturel français ?

Rarement un livre d’architecture aura autant fait parler les journalistes de la presse grand public.
Hebdomadaires, mensuels, quotidiens, presse féminine… chacun-e (la majorité des articles cités sont écrits par des femmes(1)) s’est fendu de son article sur le livre “Maisons closes parisiennes, architectures immorales des années 30” de Paul Teyssier, architecte.
Photos d’époque, plans inédits, rapports de police à l’appui, le livre veut faire revivre l’univers de ces “maisons du plaisir, en fouillant dans ses entrailles” (dixit résumé de l’éditeur).
Un autre livre sur le même sujet(2) est lui aussi paru en septembre 2010, sans parler du succès de la série “Maisons closes” de Canal +.

Tous les articles lus évacuent d’emblée la question de la prostitution, de la marchandisation du corps des femmes et de la domination masculine.
Car il s’agit ici d’ar-chi-tec-ture !
Alibi culturel parfait pour se laisser aller à quelques notes de nostalgie déculpabilisante.

Ca et là les articles vantent “l’esthétisme” de ces endroits, “lieu de loisir et de plaisir(3)“, “où l’on savait vivre(4)“.
L’euphémisme semble être l’exercice stylistique préféré des “journalistes” qui le pratiquent sans modération.
On parle alors “d’ouvrières spécialisées“, de “20 000 femmes publiques(5), “Dans l’intimité des maisons closes(6)“, “, de “consommation finale et nuptiale“, de “chic érotique(7)“, “d’âge d’or(8)“…
La liste est infinie, et on atteint le summum de l’indicible lorsqu’un article vante avec légèreté l’assiduité des officiers de la Wehrmacht pour les “filles de joies(9)“.

Charlotte Pons, journaliste au Point conclu son article en déclarant : “Bien plus que de sexe, il est en fait question de patrimoine(10)“.

La marchandisation des femmes ferait donc partie de l’héritage culturel français.

Ces articles sont à l’image d’un constat navrant de l’opinion médiatique sur la prostitution.
Systématiquement, le réel sujet des violences faites aux femmes et de l’oppression masculine est masqué.
Et doucement s’installe dans le débat public la question de la ré-ouverture des lieux de prostitution et la mise en place d’un statut de “travailleur sexuel”.
C’est aussi dans ce contexte que la question de la création d’un service “d’accompagnement sexuel des personnes handicapées” dispensé par les travailleurs-ses social-e-s a été posée lors du colloque “Dépendance physique : intimité et sexualité(11)” au Parlement européen.

Les violences faites aux femmes ne font pas partie d’un bien ou d’un quelconque patrimoine culturel.
Et s’il existe une seule “tradition française” encore tenace à combattre, c’est bien celle du patriarcat.

Notes

1. Le fait que des femmes soient elles-mêmes les porte-paroles d’un discours patriarcal, montre à quel point le système de domination est abouti. Les personnes dominées deviennent alors les avocates dudit système qui s’auto-justifie par l’adhésion des opprimée

2. “Maisons de rendez-vous” de Nicolas Charbonneu & Laurent Guimier

3. cf Paul Teyssier

4. Beaux arts magazine, janvier 2010

5. Paris Match

6. Pauline Delassus

7. Beaux arts magazine, janvier 2010

8. Le figaro, “Les maisons closes à livres ouverts”, Claire Bommelaer

9. Beaux arts magazine, janvier 2010

10. Le Point, “Maisons closes parisiennes, architectures immorales des années 30”, Charlotte Pons

11. A l’initiative de l’AFM (Association française contre les myopathies), de l’ APF (Association des paralysés de France), de la CHA (Coordination handicap et autonomie) et de Handicap International

Print Friendly, PDF & Email
Cliquez pour partager sur Facebook (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager sur Twitter (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager sur Whatsapp (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager par email (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour obtenir un PDF de cette page prêt à imprimer ou à partager par email