Accueil téléphonique : 01 45 84 24 24
Horaires : lundi : 14h à 17h - mardi au vendredi : 9h30 à 12h30|contact@avft.org

L’accueil téléphonique de l’AVFT rouvre le 5 juin

2018-06-18T10:33:38+00:00 4 juin 2018|, |

Communiqué de presse

Après quatre mois d’interruption, l’AVFT rouvre son accueil téléphonique demain.

Rappel : Pourquoi cet accueil téléphonique avait-il fermé ?

Depuis plusieurs années, et particulièrement depuis 2016, l’AVFT fait face à un accroissement significatif du nombre de victimes qui la saisissent pour optimiser les chances que justice leur soit rendue. Un nouveau cap a été franchi en 2017, dans le sillage du mouvement « Metoo ».

Entre octobre 2017 et janvier 2018, l’équipe de l’association a été la « variable d’ajustement » d’un afflux de demandes d’interventions émanant des victimes mais également de nombreux professionnels en recherche d’informations, de conseils, de « guidage » dans les procédures de victimes de harcèlement sexuel au travail, les moyens supplémentaires que nous demandions depuis deux ans, indicateurs chiffrés à l’appui, ne nous ayant pas été accordés. Fin janvier 2018, cette situation n’était plus tenable ; chaque jour supplémentaire d’ouverture de l’accueil téléphonique signifiait – et signifie toujours – d’avoir ensuite à réaliser un nombre considérable de démarches, de mises en relations, mais aussi de la réflexion stratégique et des lettres à écrire.

Nous ne le rappellerons jamais assez : à l’AVFT, l’essentiel du travail est réalisé après le téléphone raccroché. Comme nous l’écrivions déjà en 2006, « l’entretien téléphonique est la porte d’entrée d’un processus complet », entretien qui occupe d’ailleurs moins de 10 % du temps de travail de l’association.

Qu’avons-nous fait depuis quatre mois ?

Pour quiconque en douterait, nous n’avons pas chômé : nous avons reçu des victimes qui avaient appelé auparavant, démarré des procédures, continué d’autres procédures, gagné un nombre significatif de procès – nous ne parvenons d’ailleurs pas à le faire savoir en temps réel – assuré des formations dans toute la France, amorcé et poursuivi des travaux de recherche juridique. Nous avons répondu présentes à des dizaines de demandes de rendez-vous, notamment institutionnels, dans cette période où la lutte contre les violences sexistes et sexuelles au travail est un sujet montant.

Nous n’avons pas résisté à la nécessité d’ouvrir de nouveaux dossiers, alors que c’est objectivement déraisonnable. Mais sans alternative à proposer à ces femmes, comment « classer sans suite » leurs demandes ?

Comment nous ont-elles contactées pendant ces quatre mois ? Il y a bien d’autres moyens de saisir l’AVFT que via son accueil téléphonique. Pendant ces quatre mois, nous avons reçu des dizaines de demandes par mail et des dossiers de plusieurs centimètres d’épaisseur par la voie postale.

Pourquoi l’accueil téléphonique rouvre-t-il ?

Il n’aura échappé à personne (ou presque) qu’il n’a jamais été question pour l’association de fermer définitivement son accueil téléphonique. Nous avions annoncé une « pause », pour faire face au travail généré par les saisines de la fin de l’année 2017, pause qui prend désormais fin.

En réponse à la fermeture de l’accueil téléphonique en janvier dernier, la Fondation des Femmes a lancé une campagne de levée de fonds (#MaintenantOnAgit). Le fruit de cette collecte bénéficie pour moitié à l’AVFT et pour l’autre moitié à trois autres associations(1). Les fonds attribués à l’AVFT, qui s’élèvent à 100 000 euros, nous serons versés progressivement ces trois prochaines années. Ce soutien dans la durée est très précieux, car il s’inscrit dans le temps long du soutien judiciaire que l’association apporte aux victimes.

La mairie de Paris accorde également à l’AVFT un soutien financier accru et pérenne(2).

L’AVFT bénéficie en 2018 d’une subvention à titre exceptionnel du Conseil Régional d’Île-de-France(3), qui s’additionne à la subvention que l’association perçoit au titre de la Convention Pluriannuelle d’Objectifs (2017-2019) qui la lie avec l’État(4).

L’accueil téléphonique rouvre, parce qu’il est l’un des outils de travail de l’AVFT, qui allie expérience et expertise technique et juridique de longue date, posture engagée, et qu’il n’est pas substituable.

La pérennité de notre modèle d’intervention aux côtés des victimes, qui a fait ses preuves, reste cependant un enjeu majeur pour les droits des victimes de violences sexuelles au travail, pour les prochaines années.

L’équipe de l’AVFT

Notes   [ + ]

1. Le Collectif Féministe Contre le Viol, l’association rennaise Prendre Le Droit et l’association haute-savoyarde Espace Femmes Geneviève D.
2. 10 000 euros en plus des 15 000 euros votés annuellement dans le cadre d’une convention triennale.
3. 50 000 euros
4. 235 000 euros.

S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER

E-mail: