Lettre à Anne Hidalgo sur la campagne : “La ville aux côtés des femmes victimes de violences” de novembre 2007 à Paris

Madame Hidalgo
Première adjointe
Hôtel de Ville

Paris, le 22 janvier 2007

Chère Madame,

Toute l’équipe vous présente ses v?ux les plus chaleureux de bonheur et d’utopie.

Le livre que nous venons de publier et que nous avons le plaisir de joindre à la présente lettre rend bien compte de la force des idées justes et des combats solidaires.

L’implication de la Mairie de Paris dans la lutte contre les violences à l’encontre des femmes est importante pour les victimes et les associations. Nous sommes attachées à son développement.

Valérie Suchod nous a transmis votre proposition de participer à une campagne de communication ayant pour objectif de « mettre en valeur le travail des associations qui luttent contre les violences ».

Cette campagne consisterait en une série de photos en noir et blanc prises par Jean-Marie Perrier, mettant en scène une représentante d’association tenant par la main une autre main dont on ne verrait pas le corps. Le mot « violences » serait inscrit dans un cartouche.

Ces photos seraient affichées en novembre 2007, sur les panneaux déroulants et municipaux.

La participation de plusieurs associations est envisagée : l’ASFAD, le CFCV, ELELE, Femmes Solidaires, le GAMS, le MFPF et NPNS.

Lors de la réunion du 21 décembre à la mairie (en présence de Christine Guillemaut, Thissa d’Avilla-Bensalah, Valérie Suchod et moi-même), l’AVFT avait fait part de ses réserves quant à ce projet.

Après en avoir discuté avec les membres de l’AVFT, nous souhaitons vous exposer les raisons de notre refus de participer à cette campagne telle qu’elle est actuellement conçue et formuler d’autres propositions.

La personnalisation de l’AVFT à travers l’image de l’une d’entre nous, ne permet pas de rendre compte de la réalité du travail en équipe de l’AVFT et individualise le combat alors que nous cherchons à générer des luttes collectives contre les violences faites aux femmes.

Le fait de tenir la main d’une personne dont on ne voit pas le corps -elle est donc « coupée »- pour dénoncer les violences masculines à l’encontre des femmes nous semble maladroit et à l’opposé de notre pratique.
La symbolique de la femme « coupée » renvoie à des formes de violences à leur encontre que ce soit à travers les meurtres accompagnés d’actes de barbarie, la pornographie et la publicité sexiste.
Par ailleurs, les personnes victimes sont au coeur de notre intervention, à savoir : un accompagnement des victimes et en aucune façon une substitution à ces dernières, elles ne sauraient donc (même symboliquement) être occultées.

Nous vous proposons donc d’autres photos : de groupe (équipe AVFT et victimes) ou de mains empilées. Celle qui a notre préférence serait prise lors d’une séance de forum-image (cf. notre livre p.34-35) que nous mettons en place avec les victimes pour exprimer physiquement leur ressenti des violences.
Ces photos seraient accompagnées du texte suivant : « Depuis 22 ans, l’AVFT lutte pour que cessent les violences sexuelles et sexistes au travail ».

Au delà de cette campagne, nous souhaiterions réfléchir avec vous aux actions qui pourraient être portées par la mairie de Paris dans le domaine des violences sexuelles au travail et aux moyens de dépasser les difficultés rencontrées notamment dans la mise en place d’une politique de prévention et de traitement des plaintes au sein de la Ville de Paris en tant qu’employeur.

Nous serions heureuses de vous accueillir dans nos locaux afin de vous présenter nos projets et nos attentes.

Dans cette perspective, veuillez agréer, chère Madame, nos plus cordiales salutations.

Catherine Le Magueresse
Présidente

Print Friendly, PDF & Email
Cliquez pour partager sur Facebook (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager sur Twitter (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager sur Whatsapp (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager par email (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour obtenir un PDF de cette page prêt à imprimer ou à partager par email