Condamnation d’une agence de publicité du fait du harcèlement sexuel commis par l’un de ses associés

Mme R a été victime de harcèlement sexuel dans une agence de publicité parisienne, commis à son encontre par l’un des associés, également son supérieur hiérarchique.

Elle a pris acte de la rupture de son contrat de travail et a introduit une requête devant le Conseil de prud’hommes de Paris pour voir requalifier sa prise d’acte en licenciement nul du fait du harcèlement sexuel.

L’AVFT intervenait volontairement à ses côtés.

Après une décision de départage du bureau de jugement, la formation de départage a donné raison à Mme R.

Par jugement du 4 octobre 2011 (1), la conseil de prud’hommes reconnait que le harcèlement sexuel est constitué et par conséquent la prise d’acte de Mme R est requalifiée en licenciement nul, aux termes d’une argumentation déroulée de manière remarquable.

Concernant les faits de harcèlement sexuel, le conseil retient que « Par ses agissements, M. F. a pu choquer la pudeur de Mme R. La répétition de ses agissements, remarques, observations à connotation sexuelle, envoi de messages électroniques pornographiques, caractérise une atteinte portée à la dignité et à l’image de Mme R ».

Il prend également en compte la contrainte qui pesait sur Mme R: «La situation de subordination dans laquelle se trouvait Mme R rendait pour elle la contestation encore plus difficile, M. F étant à la fois son supérieur hiérarchique direct avec lequel elle travaillait exclusivement en binôme et un des directeurs de la société Y.»

Le conseil vise un faisceau d’indices concordants :
«Les déclarations constantes et précises de Mme R, l’attestation d’une collègue de travail ayant entendu les propos à connotation sexuelle, les courriers électroniques envoyés à la salariée, et attestations des proches témoins de la dégradation de l’état de santé de Mme R sont des éléments suffisamment précis pour laisser présumer l’existence d’un harcèlement sexuel“.

Il fait ensuite une exacte application des règles de preuve en matière de harcèlement sexuel : “Dans ces conditions, il appartient à l’employeur de prouver que ces agissements ne sont pas constitutifs d’un tel harcèlement. Or la société Y se borne à contester cette qualification sans apporter d’éléments probants pour contester les faits avancés.“.

La société est condamnée à indemniser Mme R (notamment par 5000? de préjudice moral, outre l’indemnisation pour licenciement nul) et l’AVFT (700? au titre du préjudice moral lié au temps passé à intervenir auprès de Mme R au lieu de mener des actions de prévention dans les entreprises).

L’employeur n’ayant pas fait appel, cette décision est donc devenue définitive.

Gwendoline Fizaine
Chargée de mission

Notes

1. CPH Paris, 4 octobre 2011, RG F 09/16379

Print Friendly, PDF & Email
Cliquez pour partager sur Facebook (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager sur Twitter (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager sur Whatsapp (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager par email (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour obtenir un PDF de cette page prêt à imprimer ou à partager par email