Historique de la campagne

Pendant trois années consécutives, l’existence de l’AVFT a été remise en cause par l’absence ou le retard abusif de versement de la subvention du gouvernement. Nous avons perdu beaucoup de temps pour recouvrer des sommes dues et les personnes victimes de violences ont été les premières touchées par cette “défaillance” de l’Etat.

En 1996, l’AVFT, dont les ressources proviennent à 90 % de l’Etat, a dû déclencher une grève pour obtenir le versement de sa subvention annuelle. En effet, le 7 mai, après de nombreuses relances téléphoniques et écrites, nous ne savions toujours pas si nous pourrions assumer le paiement des salaires et des autres charges. Nous avons donc adressé une lettre à Mme Couderc, alors Ministre déléguée pour l’emploi et chargée des droits des femmes. Nous lui demandions son intervention de toute urgence en raison de l’état de cessation de paiement de l’AVFT et nous l’informions du “vote de la grève par les salariées et de la décision du conseil d’administration, en l’absence de réponse concernant l’engagement financier sous huitaine, d’engager une procédure de licenciement économique à l’égard des salariées.”

Le 13 mai, la grève était déclenchée ; elle durera jusqu’au 17 juin 1996.

Il aura fallu une grève, une conférence de presse, deux délégations au ministère, deux dépêches de l’AFP, de nombreux articles de presse et le soutien de la plupart des autres associations, syndicats et partis pour obtenir gain de cause.

En 1997, nous sommes informées en janvier par la responsable de Service des droits des femmes que notre subvention est intégralement supprimée en raison de contraintes budgétaires. Pour la deuxième année consécutive, l’AVFT se mobilise.

En 1998, à nouveau, l’AVFT rencontre des difficultés pour obtenir le versement de sa subvention. Notre budget ne nous permet pas d’avoir des fonds d’avance. Cette année 1998, la subvention sera versée fin novembre 1998.

Print Friendly, PDF & Email
Cliquez pour partager sur Facebook (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager sur Twitter (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager sur Whatsapp (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager par email (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour obtenir un PDF de cette page prêt à imprimer ou à partager par email