Au 25ème jour de grève, l’AVFT dénonce les promesses non tenues, les mesures dilatoires et les faux-fuyants du gouvernement

L’AVFT, au 25 éme jour de grève, dénonce les promesses non tenues, les mesures dilatoires, les faux-fuyants du gouvernement

Le 7 mai, l’AVFT, après s’être inquiétée pendant cinq mois, auprès du Service des droits des femmes, du blocage de son dossier de subvention, alertait la Ministre chargée des droits des femmes, Mme Couderc, de son état de cessation de paiement et des procédures de licenciement économique collectif engagées. Elle exigeait de toute urgence son intervention : malgré la promesse d’une subvention de 700.000 F, l’AVFT n’avait toujours pas reçu le visa du contrôleur financier, seul engagement de l’État permettant de solliciter un prêt bancaire.

De fait, l’AVFT ne pouvait plus fonctionner. Son travail, subventionné depuis onze années par tous les gouvernements, était de fait saboté, notamment le traitement des 185 dossiers et des 43 procédures judiciaires en cours qui ne pouvaient plus être suivis.

Le 13 mai, les salariées déclenchaient une grève illimitée.

Face à cette situation dramatique, le gouvernement a :

 gardé le silence : Mme Couderc, après avoir fait dire par ses services les 14 et 15 mai 1996 qu’elle “n’était pas concernée”, n’a écrit à l’AVFT que le 3 juin.

 laissé accroire notamment à une délégation de l’AVFT qui s’est rendue le 28 mai au cabinet du Ministre du Travail et des Affaires sociales, M. Barrot, que le problème allait être “réglé très prochainement”.

 imputé à l’AVFT le retard qui serait dû aux “dossiers non complètement conformes aux règles habituelles”, prétexte par ailleurs démenti par Mme Godard, Chef du Service des droits des femmes rencontrée le 4 mai à notre demande.

 fait valoir l’alourdissement de procédures administratives.

 annoncé le gel des procédures de subventionnement et de crédits.

Force est donc de constater qu’au 25ème jour de grève, la situation est non seulement bloquée, mais que les promesses non tenues, les mesures dilatoires et les faux-fuyants du gouvernement mettent en péril la survie de l’AVFT.

Concrètement, la grève des salariées de l’AVFT est un révélateur :

 de l’abandon sélectif des associations de femmes et féministes,

– du désengagement de l’État en matière de lutte contre le harcèlement sexuel, les violences et les discriminations à l’encontre des femmes

 de la remise en cause du droit au travail des femmes

L’AVFT dénonce les contradictions du gouvernement entre sa politique et ses engagements internationaux et européens en matière de droits des femmes, comme de ses engagements nationaux concernant la nécessité d’une politique de soutien aux associations “indispensable(s) au retour à la cohésion sociale” (Jacques Chirac, 29 septembre 1995).

Aujourd’hui, à 14 h 00, l’AVFT se rendra en délégation au cabinet du Ministre du Travail et des Affaires sociales, M. Jacques Barrot, pour exiger un règlement sans délai de sa situation. Il s’agit que concrètement le visa du contrôleur financier soit immédiatement accordé à la subvention pour l’année 1996 et qu’une provision soit immédiatement débloquée.

Les salariées en grève de l’AVFT seront accompagnées de bénévoles, du conseil d’administration, de femmes victimes de discriminations et de violences au travail, ainsi que de représentant-es des syndicats, partis, associations solidaires. La grève des salariées de l’AVFT est notamment soutenue par des parlementaires, des inspections du travail, des avocat-es, la CGT, la CFDT, FO, le Mouvement pour la gauche progressiste, les Verts, le Parti Socialiste, le Parti Communiste, l’UFF, l’Alliance des femmes pour la Démocratie, la Ligue des droits de l’homme, le Collectif féministe contre le viol, le Mouvement français pour le planning familial…

L’AVFT appelle à la solidarité toutes les forces sociales, politiques et associatives, conscientes des régressions actuelles des droits des femmes en France.

Print Friendly, PDF & Email
Cliquez pour partager sur Facebook (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager sur Twitter (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager sur Whatsapp (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager par email (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour obtenir un PDF de cette page prêt à imprimer ou à partager par email