Campagne pour la grâce de Véronique Akobé : Saisine de Jacques Toubon, Ministre de la justice, d’une demande de libération conditionnelle

Ce 28 juin 1996, Monsieur Jacques Toubon, Ministre de la Justice, a reçu une demande de libération conditionnelle de Véronique Akobé, signée par Maître Gallot Lavallée, son avocate. En effet, au terme de sa période de sûreté, Véronique Akobé peut, en application des règles de la procédure pénale, en bénéficier.

L’AVFT regrette que la décision de grâce présidentielle et de libération immédiate n’ait pas été prise avant cette date. C’eût été une reconnaissance symbolique forte de l’injustice faite à Véronique Akobé. En outre, c’est sur ce mot d’ordre qu’ont signé plus de 70.000 personnes en France et en Côte d’Ivoire, ainsi que plus de 150 associations, partis et syndicats en France et à l’étranger 1.

Par ailleurs, l’AVFT se félicite de l’aboutissement de sa revendication quant au droit de Véronique Akobé à résider en France. En effet, le 24 mai 1996, le Préfet d’Ille-et-Vilaine indiquait que: “Mlle Akobé ne fait pas l’objet d’une mesure d’interdiction du territoire français ni d’une mesure administrative d’expulsion” et que “par ailleurs, il lui incombera de régulariser sa situation administrative à sa libération en ce qui concerne son séjour sur le territoire français”. L’AVFT a reçu hier copie de cette notification.

L’AVFT maintient sa mobilisation sur le mot d’ordre de grâce et de libération immédiate. Elle ne peut pas croire que le Président de la République restera insensible à la situation humaine actuelle de Véronique Akobé, qui attend depuis plus d’un mois notification de la grâce qui lui a été promise par une personnalité officielle le 21 mai 1996, au lendemain de la rencontre entre le Président de la République et Henri Konan Bédié, Président de Côte d’Ivoire.

Monsieur Edmond Hervé, maire de Rennes, attend l’autorisation de Monsieur le Procureur de la République pour procéder au mariage de Véronique Akobé et de Jean-Jacques Le Dévéhat.

Print Friendly, PDF & Email
Cliquez pour partager sur Facebook (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager sur Twitter (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager sur Whatsapp (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager par email (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour obtenir un PDF de cette page prêt à imprimer ou à partager par email