Un bout d’histoire des femmes aux encombrants

Il y a quelques années, l’une des salariées de l’AVFT a trouvé une vieille armoire sur un troittoir de Paris.

Il contenait divers outils, vieux journaux, et un tube en métal ressemblant à un étui à cigares.

En fait de cigares, il contenait un papier jauni enroulé sur lui-même, déchiré sur ses pliures.

Il s’agissait d’une requête en divorce datée du 26 février 1953, d’une certaine madame Jacqueline, Maria, Raymonde H., adressée, via un avoué, à “Monsieur le Président du Tribunal Civil de la Seine”.

La Seine était un département qui a existé jusqu’en 1968, époque à laquelle il a été réparti en quatre départements : Paris, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne.

L’armoire devant appartenir au mari (René, Julien, Paul, Joseph L.) puisqu’elle contenait aussi sa convocation pour l’audience de conciliation au “Palais de Justice à Paris, Galerie des conciliations de divorce, audience supplémentaire, couloir des enquêtes civiles”, le 19 mars 1953.

Jacqueline H. reprochait à son mari les faits suivants :

“- Monsieur L. entretient des relations adultères avec une dame nommée Christine.

 Monsieur L. a mis sa femme à la porte le 1er novembre 1952

Mais surtout :

“- Monsieur L. s’est détaché de sa femme à laquelle il faisait des scènes violentes sans aucun motif”.

Print Friendly, PDF & Email
Cliquez pour partager sur Facebook (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager sur Twitter (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager sur Whatsapp (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour partager par email (ouvre dans une nouvelle fenêtre) Cliquez pour obtenir un PDF de cette page prêt à imprimer ou à partager par email